Lettre d'information UNSA-DGSI

 

Bonjour,


Depuis de nombreuses années, les agents de la DGSI ont avalé bien des couleuvres. Ces derniers mois, et notamment ces dernières semaines, elles sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus grosses.

Cela concerne plus particulièrement :

  - le fonctionnement de l'IT GROUPE : clairement l'IT KLM et les dirigeants de la compagnie néerlandaise imposent leurs choix et leur loi,

  - le périmètre des activités et les attributions de la DGSI, en particulier concernant le déploiement des innovations. Le rôle et les prérogatives des start-ups ne cessent de grandir. Le salon Vivatech a confirmé cette tendance.

  - le refus de prendre en compte l'expertise interne DGSI pour systématiquement faire appel aux « solutions du marché », malgré des déboires notables. Le domaine des plans de vol en est un exemple caractéristique.

  - et une vieille couleuvre que l’on n’oublie pas : notre dépendance envers AMADEUS, alors que LH et IAG se sont affranchis des GDS !

Lors des débats du CE DGSI du 28, juin, de nombreuses informations transmises par la direction de la DGSI illustrent concrètement cet amer constat.
Autant de couleuvres dans un même CE cela fait beaucoup, d'autant que les directions de l'IT et de la DGSI restent sur le fond totalement sourdes et indifférentes aux demandes et remarques des élus.
Faut-il rester vigilant en attendant les prochains renoncements ? Oui, évidemment ! Mais souvent cela n'est pas réellement efficace et nous risquons fort de continuer à avaler des couleuvres...

Bonne lecture.



FONCTIONNEMENT DE L'IT GROUPE AF - KLM : QUE CHACUN PRENNE CLAIREMENT SES RESPONSABILITÉS

À travers deux décisions, l'IT KLM affirme son autorité sur l'IT GROUPE :
    •    dans le cadre de E-Convergence, la fusion des deux sites AF et KLM actuellement existants en un seul, l’IT KLM obtient le maintien de la PROD API OFFER à AMS contrairement aux engagements officialisés lors de la consultation du CE DGSI.
    •    dans le cadre d'ISR, KLM veut supprimer la règle du 2/3 AF 1/3 KLM en imposant un " New Deal", lui permettant d'imposer ses prérogatives et ses choix.


Face à ces deux annonces, les réactions n'ont pas manqué : lettre et/ou messages incendiaires, menaces de ne plus travailler en commun avec l'IT KLM, demande de recentrer l'activité sur les deux IT AIRLINES, motion unanime des élus du CE DGSI,… Dont acte !
Mais au final, force est de constater que les choix de KLM sont soit entérinés (E-Convergence), soit en passe de l'être (ISR) !


De fait le scénario est bien réglé. Il se résume en trois actes :
  I.   Grosse colère voire invectives exprimées par des représentants du personnel, en affirmant que jamais on ne nous verra avaler cette couleuvre !

  II.  Face à cette réaction, la direction de la DGSI réagit… avec un subtil mélange d'indignation et de compassion face aux réactions exprimées : on vous comprend, la couleuvre est dure à avaler, mais comment faire autrement !

  III. Rapidement la direction passe de la pommade à qui de droit... Conséquence : la couleuvre est avalée, mais c'est la dernière fois, promis juré... En attendant la prochaine, qui ne tardera pas à arriver !


Face à cette situation, nous considérons que trois initiatives sont au minimum nécessaires pour mieux peser sur ces choix majeurs et destructeurs qui engagent notre avenir :
    1.    Mettre enfin en place un comité de suivi de l'IT GROUPE, réunissant les responsables des entités IT AIRLINES, AF et KLM, et ceux de l'IT GROUPE, ainsi que les représentants du personnel des IT AF et KLM. Entendre dans une même réunion J.C. LALANNE, P. ELICH, N. NELSON s'exprimer pour la première fois conjointement devant les élus du CE DGSI et du Works Council de KLM permettra à la fois de valider la cohérence des informations et d'expliciter les différentes positions. Nous acterons enfin clairement les accords et désaccords existants en toute transparence.

    2.    Obtenir une session du CCE sur le fonctionnement de l'IT et sur le rôle et la place que doit tenir la DGSI au sein de la Compagnie. Il est urgent que le plus haut niveau de l’entreprise et du groupe s'exprime sur ce sujet devant la totalité des élus des directions métiers. Aujourd'hui la situation de la DGSI et de l'IT est totalement méconnue d'une large partie de l’entreprise ! Le comble de cette situation est de voir citer le fonctionnement de l'IT GROUPE comme le bon exemple de la coopération AF KLM…

    3.    Réunir une intersyndicale au sein de la DGSI, pour définir un certain nombre d'actions à la hauteur des menaces existantes. Face à la situation actuelle, il est nécessaire d'envisager des actions adéquates réunissant une grande majorité des agents. En conséquence, l'unité des organisations syndicales est un préalable, au-delà des frontières existantes.

Ces trois initiatives obligeront chacun à prendre ses responsabilités, c'est urgent.



INNOVATION ET SALON VIVATECH : AIR FRANCE TRÈS PRÉSENT… SURTOUT VIA LES START-UPS !

Lors de son intervention au salon Vivatech, le Président d’AF-KLM, Jean-Marc Janaillac, a indiqué que « l’innovation au service du client fait partie des gènes d’Air France ».
 Le PDG a précisé que pour réaliser cet objectif, le groupe AF-KLM s’appuie sur son IT interne, mais il joue désormais la carte de la collaboration externe. Cela se traduit par l'existence de la filiale Start Tech Factory, un accélérateur corporate à la disposition des start-ups. Concrètement, cette collaboration concerne une centaine de start-ups par an.
 Lors du salon Vivatech, Jean-Marc Janaillac en a profité pour annoncer la mise en place d’un nouvel accélérateur de levées de fonds, T3 Fundraiser (prononcez « T Cube »). Le but est de trouver des solutions innovantes en rapport avec le transport, puis de les concrétiser en mettant les entrepreneurs et start-ups au contact direct des responsables métiers d’Air France (quid du rôle de la DGSI ?).


CHATBOT ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AU SEIN DU GROUPE AF - KLM : LA PLACE DE L’IT ET DE LA DGSI ?

Le président a rappelé que notre relation est de plus en plus directe et personnalisée avec le client. Ainsi grâce au numérique, 60% des échanges avec les clients se font désormais sur mobile. 
Pour illustrer ce constat lors de Vivatech, Gauthier LE MASNE (responsable Data Management à la direction Digital AF) a présenté deux applications proposées par des start-ups permettant d’automatiser la relation avec les clients d'Air France :
    ⁃    la première start-up, BOTLINE, avait gagné un hackathon en novembre 2016 et travaille depuis en collaboration avec la compagnie pour créer un bot (sur Facebook Messenger, en full web ou via SMS) permettant aux passagers subissant un incident de voyage (retard ou annulation de vol) d’obtenir les informations et de s’organiser sans passer par un guichet souvent débordé. Le bot (aujourd’hui encore en POC) permettra de réserver une chambre d’hôtel (prise en charge par Air France) ou d’accéder à un opérateur pour les questions les plus complexes.
    ⁃    la deuxième startup, CHATBOT FACTORY, développe sur un autre bot traitant des questions d'avant vols sur les bagages : poids autorisé, dimensions, prix pour une planche à voile en soute, etc. Une manière de simplifier l'accès à l'information.


NB : Rappelons qu’un chatbot correspond en une approche « chat » comme discussion en ligne et « bot » comme robot. Le chatbot, connu aussi sous le nom d'« agent conversationnel », est un logiciel programmé pour simuler une conversation en langage naturel. Il apparaît sous la forme d'un personnage animé ou d'une zone de dialogue intitulée « posez-nous vos questions ». Pour un client d'un chabot, la simplification du questionnement et l’instantanéité des réponses sont primordiales.

Plus généralement le tableau ci-dessous illustre une partie des missions confiées aux start-ups, principalement à l'initiative de la direction du Digital d’AF :

DESCRIPTIONS PÉRIMÈTRES MISSIONS
START-UPS
Traitement incident voyage BOTLINE
Traitement questions avant vol du futur passager CHATBOT FACTORY
Questionnement vocal de l’assistant d’Amazon (Alexa) sur le statut des vols ou sur les informations personnelles - effectif d'ici la fin de l’année. AMAZON
Appréhender et mieux anticiper les besoins clients via des données Big Data et du Machine Learning

CITRON

VCHAIN

Comment se servir de l'IA pour améliorer le voyage des clients ? TRIP UNIQ
Comment la Réalité Virtuelle peut-elle améliorer l'expérience du client ? PLATAR
Comment améliorer l'expérience des employés du groupe autour du monde ?
DUUOO
Salesforce propose un chatbot permettant aux clients d’émettre le choix et la réservation des vols SALESFORCE (plus qu’une START-UP !)


Commentaires UNSA DGSI :

Suite au salon Vivatech, nous émettons trois commentaires :
- Lorsque l’entreprise et la direction de l'IT ont dégagé les moyens nécessaires (budgets, effectifs, formations, etc.), les agents de la DGSI ont largement démontré leur grande capacité à innover en déployant des applications High-Tech de haut niveau.
- Clairement nous avons démontré à de nombreuses occasions que notre expertise permettait à l’entreprise d'être au cœur de l'innovation, mais faut-il en avoir les moyens et la volonté politique.
- Si la coopération avec des start-ups ne doit pas être systématiquement refusée, cela doit se faire en toute transparence et en respectant un juste équilibre.

Aujourd'hui ce n'est pas le cas, trop de déploiements se font hors du contrôle de la DGSI !



PLANS DE VOL -  FLIGHT WINDS : RETROUVER LA QDS VIA L'EXPERTISE INTERNE

Rappel des faits : après l’accident du vol Rio-Paris, le commandement d’Air France a décidé de prendre la suite LIDO pour la préparation des vols au dispatch du CCO.
L’outil Flight WINDS fait partie de cette suite et permet de visualiser les trajectoires des vols et d’afficher les cartes météo. Ces fonctionnalités étaient réalisées en partie par SAILOR, outil développé en interne et qui donnait entière satisfaction.
L’arrivée de Flight WINDS au CCO a marqué le début d’un cauchemar pour les dispatcheurs et les pilotes d’exploitation.
Entre bugs et blocages, la réalité du quotidien a été très difficile et après plusieurs années de dur labeur, pas d’autre choix que de trouver un autre outil. L’alternative étudiée est le produit e-WAS qui fonctionne sur tablettes.

Pourquoi ne pas avoir consulté nos collègues qui ont travaillé sur SAILOR ?
Pourquoi ne pas leur avoir laissé l’opportunité de faire une maquette pour montrer leur savoir-faire et expérience ?
L’UNSA Aérien déplore cette situation où des outils du marché sont systématiquement choisis alors que des solutions internes pérennes et efficaces existent ! Au regard des enjeux, nous considérons qu'il est encore temps de faire appel aux compétences internes.

Face à cette demande, demandons à la direction de se prononcer officiellement !


La suite du compte-rendu du CE DGSI dans une toute prochaine lettre d’information.

À bientôt,

 

Vos élus et représentants UNSA Aérien Air France

- Contact : info@unsa-dgsi.fr

- Site web : http://unsa-dgsi.fr

Pour s'abonner à notre lettre d'information ? C'est ici : http://www.unsa-dgsi.fr/newsletter/inscription

 



Modifiez votre inscription ? Nous écrire à info@unsa-dgsi.fr ou cliquer ici.